Verfeil

Dès 1219 la paroisse de Verfeil comprise dans le bailliage de Najac, était une agglomération ou hameau. La fondation de la Bastide de Verfeil a été effectuée par les bâtisseurs du XIIIè siècle dont Alphonse de Poitiers Comte de Toulouse en 1249.

Son église primitive qui existait avant la bastide était située au cimetière, elle s’appelait alors St Pierre de Lezat.

Pendant les guerres de religion, Verfeil qui est un centre protestant important avec Saint Antonin Noble Val subit de graves dommages. Le 3 juin 1573 Verfeil est assiégé, ses fortifications attaquées au canon. La ville capitule et est livrée au pillage n’offrant bientôt que des ruines, dont celles de son église. Le culte catholique fut alors rétabli, les offices étant célébrés dans une maison, ancien temple calviniste.

 

 

L’église actuelle fut commencée en 1786, sur les conseils de l’évêque de Rodez, à l’emplacement de l’ancien temple. En raison des évènements la réalisation ne sera effective qu’à Noël 1798 et bénie sous le vocable de “St Pierre es Lien”. La halle qui avait résisté aux affres de la guerre servait, en attendant, à abriter les cérémonies religieuses. Le clocher, bâti en hors d’œuvre, ne sera exécuté qu’en 1865. De dimensions imposantes, il paraît écraser le reste de l’édifice : sur une vaste base carrée s’élève la tour d’un seul étage, une galerie entoure la flèche recouverte d’ardoises. St Pierre es Lien abrite un maître autel donné par M. Joseph Peret, qui avait acheté l’Abbaye de Beaulieu à la révolution et avait conservé et caché cet autel en bois doré ainsi que 6 chandeliers, une grande croix et son Christ datant du XVI-XVIIème siècle.

Aujourd’hui la commune compte trois chapelles pour un peu plus de 300 habitants : une à Paulhac, vraisemblablement la paroisse de la seigneurie, l’église de St Eutrope à Alzone et Selgues qui paraît être celle qui fut la plus chargée d’histoire par la présence des moines casadéens.

Comments are closed.